Chercher
Vous avez probablement déjà vu ce genre de construction sur des photos du Japon :

C'est un "torii", littéralement : là où sont les oiseaux. Il s'agit d'un portail traditionnel japonais qui sépare le monde réel et le monde spirituel. On les voit à l'entrée des sanctuaires shintoïstes et parfois devant les temples bouddhistes aussi.
tori

On les trouve aussi devant la tombe de chaque empereur du Japon.


Symboliquement, un torii constitue une frontière entre notre monde et celui des esprits (ou l'au delà) c'est pourquoi, si vous traversez un torii, il faut obligatoirement le retraverser dans l'autre sens par la suite sinon vous ne pouvez pas être certains d'être revenu dans le monde que nous connaissons. C'est d'ailleurs pour cette raison que nombre de japonais préfèrent les contourner s'ils ne sont pas sûrs de repasser par là plus tard.


Les toriis sont utilisés au Japon depuis le Xème siècle soit à partir du milieu de la période Heian (794-1185). Ils servent à délimiter le territoire des sanctuaires. Avant cela, les lieux sacrés étaient seulement délimités par 4 poteaux plantés aux 4 angles avec une corde pour les relier. Deux grands poteaux furent rajouté ensuite sur le côté utilisé comme entrée afin de réhausser la corde de ce côté et permettre aux prêtres de circuler plus librement. Par la suite, la corde fût remplacée par un linteau de bois puis un second pour renforcer la structure : on obtint ainsi un "shinmei torii" de base. Quand à la corde des autres côtés, elle fût plus tard remplacée par une clôture en bois.


Ces "portes" sont traditionnellement réalisées en bois et peint en rouge vermillon ou en orange. Certains toriis en bois ont été remplacé par des toriis en pierre. De nos jours, il est même possible d'en voir en béton mais le standard reste le bois.


Le plus ancien torii de bois encore debout est celui du sanctuaire Kubo Hachiman dans la préfecture de Yamanashi. Il date de 1535. Le plus vieux en pierre le bat : il s'agit de celui du temple Kimpusen-ji de la préfecture de Nara et il date de 1455.


Il existe de nombreuses (importantes ou non) variantes de torii mais on en distingue deux principales : les toriis droits "shinmei torii" qui constituent l'origine des toriis et les recourbés "myōjin torii" plus récents.